JAZZ, BLUES & Co

JAZZ, BLUES & Co

Bienvenue à toutes et tous. Et que vive la musique, tout simplement !


MAX ROACH tire sa révérence ...

Publié par Thierry sur 17 Août 2007, 21:48pm

Catégories : #JAZZ - BLUES - RHYTHM 'N' BLUES



Mort de Max Roach, un des derniers "grands" du jazz du XXe siècle

NEW YORK (AFP) - Le percussionniste et compositeur américain Max Roach, un des pères du be-bop et une légende du jazz du XXe siècle, est mort à New York à l'âge de 83 ans.

"Il est mort dans son sommeil", a annoncé un porte-parole de sa maison de disques Blue Note, Cem Kurosam. Max Roach était atteint d'un cancer depuis quelques années.

Fils d'une chanteuse de gospel, né le 10 janvier 1924, Max Roach a été un des artistes les plus innovants de sa génération, à l'origine d'évolutions telles que le be-bop ou le hard-bop. Arrivé à Brooklyn avec sa famille à l'âge de 4 ans, il avait chanté enfant dans un choeur et avait eu sa première batterie à l'âge de 12 ans.

Sa prodigieuse carrière avait commencé à 16 ans, lorsqu'il avait été appelé à jouer dans l'orchestre de Duke Ellington pour remplacer au pied levé un batteur malade. Après des études à la Manhattan School of Music, il s'était surtout formé dans les boîtes de nuit de Harlem, notamment "Minton's Playhouse", où il avait participé avec Charlie Parker et Dizzy Gillespie à la naissance du be-bop.

En 1944, Max Roach avait participé avec Dizzy Gillespie et Coleman Hawkins à l'un des tout premiers enregistrements be-bop.

Maître de l'improvisation et de l'innovation rythmique, Max Roach a joué ensuite avec les plus grands musiciens de jazz du XXe siècle, de Sonny Rollins à Miles Davis avec qui il avait notamment enregistré "Birth of the Cool".

Une autre maison de disques avec qui Max Roach avait travaillé a publié un communiqué pour rendre hommage au grand artiste.

"Parallèlement à son exceptionnelle carrière, Max Roach était un défenseur passionné des droits de l'homme", ajoute ce communiqué.

En 1954, Max Roach avait fondé avec le trompettiste Clifford Brown le légendaire quintette qui avait fait évoluer le be-bop vers un nouveau style connu comme le "hard-bop".

La mort accidentelle de Clifford Brown l'avait beaucoup affecté. Il avait poursuivi sa carrière en enregistrant sous son nom, mais aussi avec Thelonious Monk ou Sonny Rollins.

En 1958, il s'était engagé activement dans la défense des droits des noirs américains, publiant des albums engagés tels que "We insist ! Freedom Now suite", en 1960.

Marié de 1962 à 1970 avec la chanteuse Abbey Lincoln, qui l'avait aidé à sortir d'années d'alcool et de drogue, il avait participé activement à la politique des années 60 aux côtés de Martin Luther King ou Malcolm X. Il avait alors pris part également à l'émergence du "free-jazz".

Présent sur la scène musicale tout au long de sa vie, Max Roach avait joué en 1985 avec Bernard Lubat, Manu Dibango et Salif Keita lors d'un concert pour la libération de Nelson Mandela. Enseignant à l'Université dans le Massachussetts, il était parti en Afrique, notamment au Ghana à la recherche de nouveaux rythmes, et avait alors joué avec de nombreux groupes.

Il avait été accueilli au "Grammy Hall de la Gloire", sorte de Panthéon de la musique, en 1995.

(article extrait de LA DEPECHE DU MIDI 




Lee Hazlewood, Max Roach, ..., une bien triste quinzaine. Même si ces deux décès étaient "prévus", les deux musiciens se savant condamnés par la maladie, cela me fait toujours un petit pincement quand un grand bonhomme quitte la scène ... Cela me fait d'autant plus bizarre que d'ici quelques années, il ne nous restera plus que des artistes de pacotille. Pour ne me fâcher avec personne, je ne citerai aucun nom.



Un petit lien vers l'un des disques de jazz m'ayant le plus marqué, le fameux WE INSIST ! de Monsieur Roach ...

CLIC  

Un autre formidable album avec Ellington et Mingus,




et un dernier hommage : 

Mr Hi-hat

Commenter cet article

lil'Jay 30/09/2007 19:58

Tout est dit. RIP MAX. Chacun pourra se faire sa petite commémoration en pressant "play".

bidipe 08/09/2007 09:22

Bel hommage à Max Roach qui rend lui même un hommage à ce géant qu'était Jo Jones... Rendre hommage de son vivant à un de ses pairs, c'est bien le signe de l'importance qu'avait et a toujours Papa Jo dans cette musique et pour la batterie ... Il suffit de demander à Alvin Queen, par exemple !!J'ai eu beaucoup d'émotion à l'apparition de Jo Jones à la fin de la video... 

G.T. 27/08/2007 11:56

 je ne me suis pas foulé pour cet article, c'est vraiment du "copier-coller" pur et dur ... Bon... tu as au moins le mérite d'avoir fait du copier-coller sur un très bon résumé de la carrière de Roach ;-)

Christian 23/08/2007 16:14

Et bien je suis au moins d'accord avec toi pour le jazz moderne et le blues, à quelques exceptions près bien entendu, Pour le pop/rock et le folk, je préfère ne pas en parler, ne les connaissant pas trop. Mais ce qui est sur c'est que je n'aime pas grand chose de ce que j'entend. Quand à la World (mais qu'est-ce en fait ?), je serais plus mesuré : il y a largement à boire et à manger...

Thierry 23/08/2007 09:06

Salut G.T., je ne me suis pas foulé pour cet article, c'est vraiment du "copier-coller" pur et dur ... ;-)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents