JAZZ, BLUES & Co

JAZZ, BLUES & Co

Bienvenue à toutes et tous. Et que vive la musique, tout simplement !


ART BLAKEY'S JAZZ MESSENGERS : 1958 - Paris Olympia

Publié par Thierry sur 28 Mars 2007, 06:04am

Catégories : #JAZZ - BLUES - RHYTHM 'N' BLUES

ART BLAKEY'S JAZZ MESSENGERS, collectif à géométrie variable (1954-1990), est sans aucun doute possible le groupe de jazz le plus respecté de toute l'histoire de ce style musical et de la musique en général.

PARIS OLYMPIA nous présente la troisième "mouture" du super-groupe, avec Lee Morgan, Bobby Timmons, Benny Golson, et Jymie Merritt. Ces Messagers là sont responsables de certaines des plus belles pages de l'aventure ABJM, et notre album du jour en est une parfaite illustration.

Le son est parfait (surprenant, quand on pense à la date d'enregistrement !) et d'une fluidité renversante. Le groupe, alors au sommet de sa forme, enchaîne ici quelques-uns de ses plus grands succès de l'époque, dont l'indispensable Moanin', mis en écoute un peu plus bas.

Bref, un disque parfait pour entrer dans l'univers BLAKEY si vous n'y avez encore jamais prêté d'oreille attentive ou, tout simplement, un disque essentiel pour toute discothèque jazz qui se respecte.  

Bonne écoute !

Just by myself

Moanin'

Vous avez aimé !?

Alors, voici une petite vidéo, enregistrée un an plus tard, toujours à Paris, au Théâtre des Champs-Elysées.

Are you real ?

Commenter cet article

Thierry 31/03/2007 00:35

Salut G.T., Que rajouter ? Tu as parfaitement synthétisé ma pensée.
Côté jazz vocal, j'ai fait cette après-midi une petite découverte (une petite vieillerie, comme d'habitude) dont je vous parlerai d'ici quelques jours.
@++
 

Thierry 31/03/2007 00:33

Salut Cyril, Merci de ton passage. Bon début de week-end !

G.T. 30/03/2007 00:42

Sur le jazz vocal, je suis assez d'accord avec Thierry, à part quelques grands, j'ai plus de mal avec le jazz vocal qu'instrumental. D'ailleurs, je ne dirais pas qu'il y a quelque chose en trop dans le jazz vocal... mais, paradoxalement, quelque chose en moins. Il manque ce "souffle", ces possibilités de l'instrument dont on ne sait jamais trop où il va nous transporter. la voix, parce qu'on est dans le cadre assez "strict" de chansons.
En fait, il faut généralement une certaine habitude du jazz pour apprécier à leur juste valeur les instrumentaux. On est tellement conditionné par les chansons, la musique vocale, tellement habitué à ce que l'instrumental serve "d'illustration" (films, documentaires...) et ne se suffise pas à lui-même, qu'il faut souvent un peu de temps pour rentrer dans le jazz instrumental. 
Sinon, pour en revenir à l'artcle, j'aime beaucoup le Moanin' de Blakey... mais je préfère tout de même le Moanin' de Mingus, mon morceau de jazz favori !

cyril :0013: 30/03/2007 00:11

J'aime beaucoup!!!:D
Bonne soirée..

Thierry 29/03/2007 00:44

Bonsoir Valérie, Pour moi, c'est complètement le contraire, du moins pour le jazz ! Quand il s'agit de "jazz vocal", j'ai l'impression qu'il y a quelque chose en trop :-(
Sauf,bien sûr dans le cas d'Ella, Nina, Sarah, ..., que je classerais néanmoins plus en "chansons américaines" qu'en jazz à proprement parler.
@++

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents