JAZZ, BLUES & Co

JAZZ, BLUES & Co

Bienvenue à toutes et tous. Et que vive la musique, tout simplement !


DIZZY GILLESPIE - SONNY STITT - SONNY ROLLINS : Sonny side up (1958)

Publié par Thierry sur 7 Avril 2007, 05:09am

Catégories : #JAZZ - BLUES - RHYTHM 'N' BLUES

N'ayez crainte, même si j'exprimais quelques réserves quant à  Dizzy Gillespie dans un petit article consacré Maynard Ferguson il y a quelques semaines , je suis néanmoins un grand admirateur du grand Diz. Notamment, de sa période 1955 - 1965 (probablement la plus riche et la plus intéressante de sa carrière) et ses albums aussi essentiels et indispensables que WORLD'S STATESMAN, BIRK'S WORKS (1957), SOMETHING OLD / SOMETHING NEW (1963), AN ELECTRIFYING EVENING WITH DIZZY GILLESPIE (1961) et donc de SONNY SIDE UP (1958), disque sur lequel nous nous arrêtons aujourd'hui.

Allez, je vais jouer au passéiste. Le jazz, c'était quand même mieux avant, à l'époque où les joueurs étaient techniquement excellents, sans pourtant jamais oublier d'insuffler de la vie, de la créativité, de la sueur, du swing, du rythme, ... plutôt que nous produire une musique pénible et donnant l'impression de se répéter au kilomètre. 

La réunion de Stitt et Rollins est ici très intéressante. CIls sont en effet tous les deux des "héritiers" de Bird, et pourtant dès qu'ils soufflent dans leur instrument, on est immédiatement capable de repérer qui joue quoi. Stitt joue en effet de manière plus agressive, tandis que le son de Rollins est ici un peu plus chaud, évoquant parfois Dexter Gordon. Pendant que les deux saxos débattent, Dizzy Gillespie reste sur le côté, profitant de l'action, mais dès qu'il rentre sur le terrain, son intervention se révéle intense et parfaitement maîtrisée. De l'excellent Gillespie, donc.

La présence de musiciens de grand talent, tels que Ray & Tommy Bryant, et Charlie Persip vient parachever ce chef d'oeuvre, phénoménal de variété : The eternal triangle et I know that you know sont somptueusement bop, After hours est bluesy à souhait, et On the sunny side of the street est un exemple parfait de swing (avec, en plus, Dizzy au chant).

Bref, une fantastique session, véritable voyage dans le temps qui nous ramène à une époque où la musique et le jazz en particulier étaient frais, vibrants et sautillants.

A écouter de toute urgence !

Et c'est parti pour 26 minutes de plaisir...

After hours

The eternal triangle

Commenter cet article

Thierry 10/04/2007 00:45

Pleyel en 48 ... Euh ... je n'y étais pas !
Salut Eric !

Eric LÖW 09/04/2007 12:24

le concert à Pleyel en 48 n'était pas mal non plus !
& celui à Toronto avec Parker, Roach & Bud Powell !

Thierry 09/04/2007 00:58

Salut JB, et merci ! A bientôt.

Isa 08/04/2007 11:19

Salut Thierry... Te souhaite de joyeuses fêtes également, et attention au chocolat :) ... bizz

JB 08/04/2007 10:19

Salut Thierry
Merci pour le commentaire ...j'ai mis ton site dans mes liens sur "noctamblues"...A+
JB

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents