JAZZ, BLUES & Co

JAZZ, BLUES & Co

Bienvenue à toutes et tous. Et que vive la musique, tout simplement !


CHRISTIAN SCOTT : Yesterday You Said Tomorrow (2010)

Publié par Thierry sur 12 Mars 2010, 23:04pm

Catégories : #JAZZ - BLUES - RHYTHM 'N' BLUES



Publié physiquement le 30 mars prochain, Yesterday You Said Tomorrow sera le troisième ou quatrième (si l'on compte l'album Live de 2008) album du trompettiste
Christian Scott, âgé de (presque) 27 ans (à la fin du mois) et originaire de La Nouvelle-Orléans, berceau du jazz.

Il a déjà publié Rewind That en 2007 et Anthem un an plus tard.

Dès la première écoute de Yesterday You Said Tomorrow , mes oreilles se sont rendues compte qu'elles étaient face à un grand disque de jazz, face à un grand disque tout court. Et pour la peine, incapable de me concentrer davantage, j'ai perdu ma partie de scrabble en ligne.

Produit par le mythique Rudy Van Gelder (sorcier sonore du label Blue Note), Yesterday You Said Tomorrow nous présente un groupe de musiciens au diapason et au sommet de leur art.

Le leader du quintet, notre ami Christian Scott, donc, fait preuve d'une maturité déconcertante, d'une intelligence musicale parfaite ainsi que d'un talent de composition qui n'a rien  à envier à personne. Il n'y a d'ailleurs qu'une seule reprise dans l'album, celle de The Eraser de Thom YorkeChristian Scott la fait sienne, complètement, et personne, surtout pas moi, ne regrette la version originale.

Benjamin apprécie énormément. C'est par .

Musiciens :
*Christian Scott : trompette
*Jamire Williams : batterie
*Milton Fletcher : piano
*Kris Funn : contrebasse
*Matthew Stevens : guitare 


Le métissage de sa musique, sans choc brutal pour les oreilles, est parfait. On peut schématiquement  situer celle-ci aux frontières du jazz, du hip-hop, de la neo-soul et du rock, même si, bien entendu, le jazz en demeure l'élément principal et moteur.



Force est de reconnaître que le trompettiste a de qui tenir. Il est en effet le neveu du célèbre saxophoniste Donald Harrison.

A propos de son souhait de fusionner les genres, de faire tomber certaines barrières, Christian Scott a d'ailleurs déclaré : "J'ai voulu créer une toile de fond musicale faisant référence à la musique des années 60 que j'aimais : le second quintette de Miles Davis, le quartet de John Coltrane, le groupe de Charles Mingus et la musique créée par Bob Dylan et Jimi Hendrix."

A l'instar du Men of Honor de Jeremy Pelt (dont il a déjà été question
ICI), Yesterday You Said Tomorrow est donc un album classico-moderne fort abordable, aux sonorités chaudes (ah ! ce chuchotement de trompette) et aux ambiances envoûtantes. 

S'il n'est pas, à véritablement parler, un album très innovant, il présente la qualité de montrer que le jazz respire toujours sans la moindre aide artificielle et qu'il continue d'avancer, inlassable et imperturbable, sans effort apparent. 

"sans effort" ...
Je ne parle évidemment ici ni de la rythmique, ni des arrangements, domaines auxquels je ne connais strictement rien, je parle simplement de la coolitude générale qui se dégage de l'enregistrement.

Mon morceau préféré est probablement Angola, L.A. & The 13th Amendment, long de près de 9 minutes.

Et, au fil des écoutes, Yesterday You Said Tomorrow s'impose comme l'un de mes albums jazz les plus marquants de ce début d'année.

Profitez-en, il est déjà en écoute
ICI, sur MusicMe.

Bonne découverte !

G.T. a également craqué pour cet album. Il en fait d'ailleurs
ICI  son album du moment.

Commenter cet article

Thierry 24/03/2010 13:46


@ Arno : la batterie est en effet saisissante ! Quant à la question de savoir si cet album marquera ou pas, la réponse me semblait assez clair dès ma première écoute. Il devrait marquer pas mal des
personnes qui l'écouteront car, comme tu le dis, il est très bon. Mais de par son "étiquette jazz", il est de toutes façons amené à ne toucher et séduire qu'une partie infime du public. Et en ce
qui concerne le petit manque de magie, oui, probablement ... Mais cela doit bien faire quelques décennies qu'il n'y a plus eu d'albums magiques à 100 % (voir le bordel avec les battles de G.T.
Chacun cite des albums qui l'a marqué, mais je n'y vois honnêtement aucun indispensable au même titre que les glorieux anciens ...). Bref, il y a foison de très bons albums pour, à chaque fois, une
"petite" audience. Et ce n'est peut-être pas plus mal ...


Arno 24/03/2010 11:57


Bien d'accord avec ton article...

De mon coté, ce qui m'a le plus impressioné à l'écoute, c'est la partie batterie... plutot discrète si on n'y fait pas attention, extremement riche quand on l'écoute... a telle point qu'elle peut
masquer la trompette tellement on peut se focaliser dessus. Elle est même parfois un peu trop riche tellement elle ne ralentit pas...

Un très bon album de Jazz, des musiciens de talent, mais je ne pense pas que cet album marquera vraiment... il lui manque encore quelque chose de magique... mais à 27ans, c'est bien partis pour
trouver cet ingrédient si rare!


Thierry 18/03/2010 12:38


Je me méfie pourtant énormément des pochettes, Thom en sait quelque chose ^^ Mais pour Goldfrapp, j'ai toujours l'espoir de voir resurgir la (petite) magie du 1er album. Pour l'étron de l'année, ça
aura été vite quand même : 2 ou 3 morceaux, et hop, à la corbeille. Zéro ou Un chez G.T.


dr frankNfurter 18/03/2010 11:31


Le nouveau Goldfrapp chiant à mourir? Oui alors chiant tout court finalement: une bouse infame digne des pires prod 80's... cela dit à la découverte de la pochette du dit étron, le suspense fut tué
rapidement ^^


Thierry 16/03/2010 00:22


@ Benjamin : Merci pour ton enthousiasme !


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents