JAZZ, BLUES & Co

JAZZ, BLUES & Co

Bienvenue à toutes et tous. Et que vive la musique, tout simplement !


KELLY HOGAN : I like to keep myself in pain (2012)

Publié par Thierry sur 8 Juin 2012, 04:15am

Catégories : #ROCK - INDIE - POP

Au passage de l'an 2000, j'écoutais très régulièrement deux chanteuses de "folk" (je ne savais pas encore que cela s'appelait en fait de l'americana) qui m'avaient été présentées par des amis et collègues écossais. J'aimais beaucoup ces deux musiciennes. Pas autant qu'Emmylou Harris, bien entendu, mais je me rappelle les avoir écoutées en boucle à l'époque.

Il s'agissait de Shawn Colvin (et de son A few small repairs) et de Kelly Hogan (avec son The whistle only the dogs can hear, lequel renfermait, entre autres, une très belle adaptation du Soft Picasso de Vic Chesnutt).

 

Mes années 2000 n'ont pas été tendres avec les deux demoiselles. Je les ai honteusement et rapidement abandonnées au rayon des souvenirs. Je n'ai renoué avec Kelly Hogan que lors du décès de Vic Chesnutt, en décembre 2009. Je n'ai par contre aucun souvenir d'avoir écouté Shawn Colvin après les Tours Jumelles.

 

Pourquoi vous évoquer ces musiciennes, vous demanderez-vous ..?

 

Par nostalgie d'une époque révolue ou un album, même fort moyen, se voyait donner un minimum d'une trentaine de passages sur la platine, mais aussi et surtout parce qu'elles viennent se rappeler à ma mémoire en publiant toutes deux un nouvel album ces jours-ci (le 11/05 pour Shawn, le 01/06 pour Kelly).

 

Si j'hésiterai encore un certain temps avant d'écouter le All fall down de Shawn Colvin (que je prévois fort beau mais totalement vain), je me suis déjà sérieusement plongé dans le I like to keep myself in pain, 3ème ou 4ème album solo de Kelly Hogan, le premier depuis une dizaine d'années.

 

http://3.bp.blogspot.com/-5DtaIJyhECQ/T2Ka5ZNP7WI/AAAAAAAAD0w/FF69OMQh9FQ/s1600/87164-KellyHogan1.jpg

 

Au programme des réjouissances, on découvre 12  adaptations ou chansons écrites spécialement pour la chanteuse par ... Vic Chesnutt (Ways of this world), Stephen Merritt de The Magnetic Fields, Andrew Bird, Robyn Hitchcock, M. Ward, ...,  et une seule composition sortant de la plume hoganienne (Golden, dédiée à son amie et collaboratrice  Neko Case).

 

 

I like to keep myself in pain baigne dans une ambiance pop-soul-folk très 1960s dans l'esprit (à noter la présence discrète mais efficace de Booker T. Jones aux claviers), mélancolique et absolument délicieuse. Après quatre écoutes, j'ai le sentiment de tenir là un des plus beaux albums de l'année (de juin, c'est certain, en tout cas).

 

Pas le plus efficace, pas le plus mémorable, pas le plus génial. Loin s'en faut.


L'un des plus beaux et l'un des plus sincères. Assurément.

 

Et probablement l'un de ceux qui résistera le mieux aux épreuves du temps et des écoutes à répétition.

 

Un grand bravo à la demoiselle pour ce bien bel ouvrage !

 

Verdict : 8,5 / 10

 

I like to keep myself in pain est à découvrir sur Spotify.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents