Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JAZZ, BLUES & Co
  • JAZZ, BLUES & Co
  • : Bienvenue à toutes et tous. Et que vive la musique, tout simplement !
  • Contact

cliquez

Articles Récents

Pages

16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 21:42

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51M-YMXD0kL._SL500_AA300_.jpg

 

J'aime beaucoup Langhorne Slim, mais il manquait toujours quelque chose, jusqu'à présent, pour que ses albums deviennent pour moi des petits classiques. Son folk-rock rocailleux m'a toujours plu lors de la découverte de ses disques. Et pourtant, en dehors de son album éponyme de 2008, je n'ai que très rarement cherché à les ré-écouter.

Cela s'est bien produit à quelques occasions, lorsque je tombais sur des articles évoquant son nom, mais la démarche n'a jamais été instinctive alors que Be set free (2009) et When the sun's gone down (2005) sont disponibles à une portée de clics sur Spotify.

 

Comme je le précisais en début d'article, cette constatation courait jusqu'à présent ...


L'écoute de son tout nouvel album, The way we move, m'a en effet ébloui. J'ai été époustouflé par des titres comme Fire, Just a dream, Song for Sid, Wild soul, Found my heart, ...

 

Il parait que The way we move est un album de pertes (rupture sentimentale, décès du grand-père [le fameux Sid de la chanson évoquée ci-dessus], ...). Comme d'habitude, je n'ai pas fait attention aux paroles. Je ne peux donc pas dire que c'est cela qui m'a particulièrement touché. J'ai néanmoins ressenti beaucoup de mélancolie (Song for Sid, Coffee cups, Past lives ...) et constaté que l'énergie de Langhorne Slim semblait plus canalisée, moins brouillonne que d'habitude.

 

 

C'est peut-être grâce / à cause de cela que l'ensemble me paraît plus personnel, mieux maîtrisé et amené de la première à la dernière chanson. Au contraire de ses albums précédents, à aucun moment, je n'ai eu envie de zapper un seul morceau, d'aller en retrouver un plus qu'un autre. Je dirais même plus que le déchirant Past lives, placé en conclusion à l'album, donne envie d'en relancer l'écoute immédiatement. Sa fin abrupte laisse en effet un goût d'inachevé et il est un peu dur de rester sur cette impression, d'où le besoin pressant d'y retourner !

 

En plus d'être essentiellement triste (même s'il y a des sifflottements assez légers sur Wild soul) et impeccable musicalement dans un genre que j'affectionne particulièrement, The way we move est un album qui colle parfaitement à mon humeur du moment.

 

Vous comprendrez donc sans problème mon appréciation

 

Verdict : 8 / 10

 

The way we move est en écoute intégrale sur Spotify.

Partager cet article

Published by Thierry - dans FOLK et NEO-FOLK
commenter cet article

commentaires