Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Présentation

Lundi 11 juin 1 11 /06 /Juin 18:29

http://4.bp.blogspot.com/-XvcUJEysEFM/T6hOCuFX-aI/AAAAAAAABsE/NzCnHeHulJE/s400/The+Inner+Banks+%E2%80%93+Wild+(2012).jpg

 

Le duo / couple de Brooklyn, The Inner Banks, est réglé comme du papier à musique. Ils fonctionnent au rythme d'un album tous les 3 ans :

*The Inner Banks (2006)

*Songs from Disko Bay (2009)

*et donc, le petit dernier, Wild (2012)

 

The Inner Banks est / était (?) jusqu'à présent un groupe fort intéressant pour au moins deux raisons, la première et la plus importante à mes yeux étant bien entendu la grande qualité intrinsèque de leurs albums (je relativiserai ce point très rapidement !). La deuxième relève de la difficulté à les classifier. On pourrait les qualifier de groupe d'indie-folk-rock. Cela ne serait pas faux, simplement un peu incomplet.

 

Sur Wild, les deux premiers morceaux, Wild et Box of crown sonnent comme une rencontre au sommet entre Lambchop, REM et Giant Sand pour ne citer que les noms les plus évidents. On enchaine ensuite avec Sketch, un instrumental malheureusement trop long, trop lourd (trop d'orchestrations) et mou du genou, puis arrive Found holiday, un morceau gauchement expérimental teinté de quelques touches électro et relevé des vocaux éthérés de Madame Inner Banks, Caroline Schutz (anciennement des Folksongs for the afterlife) avant de repartir sur un nouvel instrumental, Freaky, bien plus inspiré et à la chouette ambiance cinématographique mais qui manque un peu d'allant.

 

Je m'arrêterai là pour la description titre par titre.

 

Vous l'aurez compris, nous avons ici affaire à un album très riche, parfois trop, et c'est bien là que le bât blesse.

 

Si les compositions sont, dans leur grande majorité, très bien réalisées, elles ont la plupart du temps, au contraire des deux premiers albums du groupe (fort orchestrés eux aussi, la chantilly en moins) toujours un petit truc en trop, que ce soit des vocaux éthérés maniérés, des touches d'électro maladroites, ...

Cette sensation de too much se concentre essentiellement sur les pistes instrumentales (trop nombreuses) que j'ai (trop) souvent envie de zapper.

Tout cela est fort regrettable car, dès lors que l'accompagnement ne se fait pas trop indigeste, la sauce prend excellemment et le groupe tutoie alors les sommets comme sur Wild, Box of crown, Unemployment ou encore le long et très bien construit Rockets, par exemple.

 

La note sera, pour une fois, peut être un peu "sévère", mais elle reflète vraiment mes déception et frustration face à un album qui aurait pu, qui aurait dû être un très grand disque si ses concepteurs n'avaient pas été aussi gourmands en habillage.

 

Trop d'ambiances tue l'ambiance. Et si j'allais plutôt réécouter Songs from Disko Bay ?

 

http://media.paperblog.fr/i/558/5580647/alt-j-an-awesome-wave-L-QW486G.jpeg

Je n'échangerai néanmoins pour rien au monde ce Wild contre An awesome wave de ALt-J aux boursouflures bien plus prononcées (Breezeblocks, Dissolve me, Taro), aux compositions très faibles et qui tombent souvent à plat (Dissolve me, Something good, Matilda), aux ambiances (entre autres vocales) très laides (Dissolve me, Breezeblocks, Fitzpleasure), le tout étant de plus très aseptisé (Ms, Taro), quasi chirurgical (Dissolve me), ce qui ne l'empêche pourtant pas d'enflammer une bonne partie de la sphère musicale.

 

Hop Blog et La Musique à Papa s'emballent tandis que Kronik Alt' et  Ears of Panda apprécient plus modérément. Pour ma part, je tombe probablement dans le piège de la contradiction bornée pure et simple. Je n'y suis pour rien, ma répulsion est véritablement physique : je frémis à nouveau d'horreur rien qu'à vous livrer mon ressenti.

 

En résumé, je me passerai très facilement de ces deux albums, l'un étant une de mes plus grosses déceptions (mes attentes étaient sans doute trop élevées après les deux premiers albums fort sympathiques de The Inner Banks), l'autre étant l'un des trucs les plus surcôtés que j'ai pu rencontrer depuis mes premiers pas sur la toile musicale.

 

Voilà, c'est dit.

 

Je ne suis vraiment pas à l'aise avec ces articles négatifs. Vous comprendrez pourquoi je n'en écris pas souvent.

 

Verdicts :

--> The Inner Banks (Wild sort demain, mais traîne dans les limbes d'Internet depuis déjà un bon mois) : 5 / 10

--> Alt-J (Spotify) : 2 / 10 (heureusement qu'il y a Hand-made [vraiment parce que je suis sympa] ainsi que les Interludes II et III pour éviter le naufrage complet )

 

 

Par Thierry - Publié dans : ROCK, INDIE, POP - Communauté : Chroniques Musicales
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Salut Thierry!

 

Quel bonheur de te voir dézinguer ces deux albums, je t'y trouve un certain talent dans cet exercice de style!

Alt-J, ça buzz sévère, nous sommes bien d'accord la-dessus. Je crois qu'il faut pouvoir s'accomoder du contenu proposé, on aime ou on déteste, et le fait que je trouve cet opus accessible tient dans le simple fait qu'on y perçoit des tonalités diverses & contemporaines pouvant toucher un large public. Ce n'est pas grandiloquent, ni LA révélation 2012 selon moi, et avoir écouté l'album durant une semaine m'a largement suffi . . .

 

A très bientôt, encore bravo

Commentaire n°1 posté par Jo le 12/06/2012 à 10h54

Hello Jo, merci, mais tu me fais bien trop d'honneur. Mon style n'a pas de style

Par contre, une petite "colère" de temps en temps, ça fait du bien ^^

Commentaire n°2 posté par Thierry le 12/06/2012 à 12h38

Wild est un album assez agréable à écouter dans l'ensemble, mais il est vrai que je ne suis pas certain que d'ici quelques semaines je m'en rappelle encore, même s'il recèle de jolis moments (Rockets et Nine qui aurait pu être une belle intro, plutôt qu'un aussi court instrumental).

personnellement, ça m'a par moments rappelé les Espagnols d'Underwater Tea Party, en nettement moins bien quand même (ceci est certainement dû à la voix féminine).

Au final, ta note me paraît appropriée.

As-tu par contre écouté le mélange Murray Head période fin 70's (si si!)-Radiohead tendance OK Computer, à savoir les Canadiens de Half Moon Run? Mes premières impressions sont assez positives.

Commentaire n°3 posté par alex le 12/06/2012 à 18h28

Salut Alex,

Tu as raison, il y a du Underwater Tea Party dans Wild, surtout dans sa première partie. Merci de me les avoir remis en mémoire ! Je termine mon épisode de Mad Men et je me replonge dans leur What crisis ? This crisis

Half Moon Run ... J'en ai lu beaucoup de bien. l est donc dans ma très longue sélection des "à écouter" sur Spotify ! J'essaie d'embrayer dessus après UTP.

Merci pour ton commentaire et les conseils d'écoute.

Bonne soirée !

Commentaire n°4 posté par Thierry le 12/06/2012 à 21h46
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés