Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Présentation

SOUL, FUNK, RHYTHM 'N' BLUES

Mercredi 27 juin 3 27 /06 /Juin 20:07

http://ecx.images-amazon.com/images/I/5186%2BGnIr0L._SL500_AA280_.jpg

 

Je ne vous parle pratiquement plus jamais de vieux machins sur JB & Co. Ce n'est pas par désamour, loin de là. S'il est vrai que depuis pratiquement un an, j'ai bien davantage envie de sang frais, cela ne m'empêche pas de m'écouter des vieilleries encore fort régulièrement. Mon quota est même légèrement remonté ces dernières semaines, peut-être en raison d'un petit ras-le-bol de la découverte / chasse à la nouveauté.

 

Je vous parle beaucoup moins de vieux machins tout simplement parce que j'ai l'impression que tout a déjà été fort bien fait ...

 

En tout cas, avec la publication de A walk on the wild side de Titus Turner, toute tentative de tergiversation ("Bon j'en cause ou j'en cause pas ?") était impossible. J'avais eu la chance de pouvoir écouter à quelques reprises en 1990-1991 un de ses albums en vinyle. Je serais totalement incapable de vous donner la moindre référence. Je me rappelle simplement que j'avais beaucoup aimé ce chanteur de soul / rock'n'roll / twist / R & B au nom facilement mémorisable.

 

Je vous mentirais si je vous disais que je pensais à lui tous les jours. Non, je l'avais complètement zappé et il s'est simplement rappelé à mon bon souvenir grâce à la découverte de ce fameux A walk on the wild side.

 

Né et mort à Atlanta (1933-1984), Titus Turner est davantage connu (pas par le commun des mortels, malheureusement ...) pour ses compositions que pour ses aptitudes pourtant bien réelles d'interprète et n'a jamais véritablement rencontré d'énorme succès commercial. Il a néanmoins pu travailler avec Little Willie John, notamment sur la composition d'un Leave my kitten alone qui sera repris, entre autres, par les Beatles et Elvis Costello, ce qui n'est déjà pas si mal

 

Si tout comme moi, vous appréciez ces chansons de R & B qui n'avaient d'autres prétentions que distraire et faire danser, je ne peux que vous inviter chaleureusement à écouter ce A walk on the wild side, compilation regroupant des singles ou raretés enregistrés, entre autres, au début des années 1960's pour le label Jamie. Votre curiosité sera récompensée par la trouvaille de quelques perles rares.

 

Il est disponible sur Spotify.

 

 

Par Thierry - Publié dans : SOUL, FUNK, RHYTHM 'N' BLUES - Communauté : Chroniques Musicales
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 21 juin 4 21 /06 /Juin 16:30

En 2009, j'étais tombé sous le charme fièvreux de Shining, premier album des anglais de Funkshone.

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51mwq04h%2B2L._SL500_AA300_.jpg

 

Le collectif revient cette année avec un album au titre moyennement original, 2, mais à la musique toujours aussi bouillonnante. Ceux qui aimaient le premier album aimeront ce 2, très agréable, riche en rythmes, mais sans innovation.

 

Cette dernière remarque n'est pour moi aucunement négative. Le funk reste funk et c'est très bien comme ça

 

2 s'impose très facilement comme l'une des meilleures sorties du genre en ce premier semestre 2012.

Il vous fera groover sur Spotify et Grooveshark.

 

Verdict : 8 / 10

 

Par Thierry - Publié dans : SOUL, FUNK, RHYTHM 'N' BLUES - Communauté : Chroniques Musicales
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 20 juin 3 20 /06 /Juin 06:57

http://4.bp.blogspot.com/-lJk-nCfZx6Y/T9U8Y85tj5I/AAAAAAAABIU/lCsDjy16GH8/s320/Anthony_Valadez.jpg

 

Qui est Anthony Valadez ?

Un DJ-producteur-animateur de radio (KCRW) américain dont je n'avais jamais entendu parler jusqu'à la découverte de son Just Visiting, mineur mais très bon album de nu-soul aux ambiances très jazzy comme, par exemple, le Begins et son intro à la contrebasse.

 

Cette production, langoureuse et délassante, benéficie de la présence de nombreux invités plus ou moins connus aux prestations parfaites et se révèle très agréable pour les réveils ou les fins de journée cotonneuses de ce laborieux début d'été.

 

Seul le trop banal Walking away m'agace parfois, selon mon humeur du moment.

 

Verdict : 7 / 10

 

Just Visiting est à découvrir sur Spotify et Soundcloud.

 

Par Thierry - Publié dans : SOUL, FUNK, RHYTHM 'N' BLUES - Communauté : Chroniques Musicales
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 30 mai 3 30 /05 /Mai 00:39

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51xitKhUQnL._SL500_AA300_.jpg

 

Pas de long discours ce matin ...

 

Ma découverte du Get Wet de Fanny Franklin  il y a une quinzaine de jours m'a mené à celle de Deborah Bond.

 

Son deuxième album, Madam Palindrom, subtile mélange de neo-soul et d'acid-jazz est tout bonnement superbe (pas parfait, juste superbe) et chaleureux, parvenant à marier production accessible (dans un monde meilleur, le grand public se le serait arraché !) et qualités musicales intrinsèques indéniables.

 

 

C'est donc logiquement que je vous invite à prendre la direction de Spotify afin de le découvrir.

Par Thierry - Publié dans : SOUL, FUNK, RHYTHM 'N' BLUES - Communauté : Chroniques Musicales
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 21 mai 1 21 /05 /Mai 06:45

http://ecx.images-amazon.com/images/I/61GubI4J4GL._SL500_AA280_.jpg

 

Fanny Franklin, la chanteuse d'Orgone, collectif soul-funk de Los Angeles auteur, entre autres, de l'excellent The Killion floor en 2007, s'offre une petite escapade en solitaire (pour laquelle elle a été aidée par des membres d' .. Orgone) après avoir également collaboré avec Dennis Coffey et Shawn Lee.

 

Cette escapade s'intitule Get wet. Je passerai sous silence toutes les allusions salaces qui se cachent sous ce titre.

 

La demoiselle nous offre un formidable album de genre, qui fait remonter à la surface le meilleur des années 60 et 70 tout en le modernisant sobrement et intelligemment. Ce qui distingue Fanny Franklin de nombre de chanteuses de neo-soul, funk, R & B, est l'absence complète de maniérisme. Elle chante avec son âme, sans la moindre tentative de raccolage, comme si le temps s'était arrêté il y a une trentaine d'années.

 

Chaleureux et raffraichissant, Get wet est à découvrir sans plus attendre sur Spotify et Grooveshark.

 

Verdict : 9 / 10 8 / 10

 

 

 

Par Thierry - Publié dans : SOUL, FUNK, RHYTHM 'N' BLUES - Communauté : Chroniques Musicales
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 14 avril 6 14 /04 /Avr 23:59

null

Milton Wright est le frère de la chanteuse Betty Wright.


En 1975, le label Alston de Miami, spécialisé en soul music, publia son premier album, Friends and Buddies.

Je vous avouerai n'avoir découvert ce petit bijou que l'an dernier grâce à sa réédition de 2009.

Depuis, il passe régulièrement sur ma platine. Je l'emprunte pour un soir à la bibliothèque quasi systématiquement dès qu'un usager nous le raméne.


J'ai en effet complètement craqué pour ce son chaleureux et généreux où l'on retrouve, parfaitement assimilées, les influences de Curtis Mayfield, Stevie Wonder, Mizell Brothers, George Clinton et toutes ses ramifications (Parliament, Funkadelic, Bootsy Collins, ...), soit la crème de la crème de l'époque.


Si vous aimez cette famille musicale, Friends and Buddies est à découvrir absolument (Spotify)

 


Si vous avez apprécié Friends and Buddies, n'hésitez pas à vous plonger ICI, dans Spaced (1977), du même Milton Wright, qui connut un destin assez tragique au moment de sa sortie (album relégué au second plan par la maison de disques en raison du succès de KC & The Sunshine Band et dont la majorité des copies brûla dans un incendie !).

null

Par Thierry - Publié dans : SOUL, FUNK, RHYTHM 'N' BLUES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 6 avril 5 06 /04 /Avr 00:03

http://images.music-story.com/img/album_T_400/the-soul-snatchers-scratch-my-itch.jpg

 

Les Hollandais de The Soul Snatchers nous reviennent avec un second album intitulé Scratch my itch. J'ai un peu de mal à croire que leur précédente production, l'épatant Sniffin' and snatchin', remonte déjà à 1972 2008.

 

Au programme, rien de nouveau, absolument rien, mais une enthousiasmante et festive plongée, dans la soul / funk mode fin 60s - mi 70s à la James Brown et à la Stax avec guitares funky, orgues Hammond et des cuivres bien fumants pour notre plus grand plaisir.

 

Le mien, en tout cas 

 

Qu'ils en soient remerciés.

 

Verdict : 8 / 10

 

Scratch my itch est en écoute intégrale sur Grooveshark.


 

Par Thierry - Publié dans : SOUL, FUNK, RHYTHM 'N' BLUES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 23 juin 4 23 /06 /Juin 12:50

null

Lors de la première écoute, j'ai trouvé Shadow to shine très moyen. Et puis, la fin de l'album, complètement différente de l'ensemble m'a incité à lui donner une deuxième chance dès le lendemain matin. Et là, ce fut une révélation qui céda rapidement la place à un énorme plaisir.

(Note à moi-même : ne plus tenter de découverte d'album entre 1 heure du matin et le milieu de la matinée )

3 écoutes plus tard, ce Shadow to shine était définitivement passé dans ma playlist estivale, voire plus si affinités confirmées sur le long terme.

Il m'est désormais inutile de résister.  Dès le premier morceau, Move on, à l'introduction très Diana Ross & The Supremes et au corps très curtismayfieldien, je suis emporté par cet album qui n'est pas aussi simple qu'il le semble de prime abord.

 

Au cours de ce voyage très 1970s et très court (à peine 38 minutes), on  rencontre également les esprits de Bill Withers, The Temptations, Shuggie Otis, Arthur Lee (sur le fantastique Bye bye), ..., et on note, entre autres, la présence de membres de Sharon Jones & The Dap Kings et d'Antibalas.

Bref, un joli casting pour un disque très généreux et fort réussi  en dépit d'imperfections, je pense, clairement assumées (Sunshine love est trop propre et gentille, par exemple, tout en tenant parfaitement sa place dans le contexte général) mais qui sera descendu en flèche par nombre d'oreilles pointues qui le trouveront fort peu gracieux et banal.

Tant pis pour ces rabat-joies qui passeront, à n'en pas douter, à côté d'un album-plaisir enthousiasmant en diable !

Je vous invite donc à découvrir Shadow to shine sans plus attendre sur Spotify.

Bonne écoute !  

En bonus, un morceau retiré de la version définitive de l'album. Dommage !

Au fait, Bing Ji Ling, de son véritable nom Quinn Luke, est un musicen-producteur originaire de New York.

Notre animal jaune et bondissant préféré, Mmarsupilami, aime également beaucoup : lire ICI.

Par Thierry - Publié dans : SOUL, FUNK, RHYTHM 'N' BLUES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 20 juin 1 20 /06 /Juin 23:46

Syl Johnson a d'abord évolué dans un registre blues en travaillant, entre autres, avec Howlin' Wolf, Junior Wells et Magic Sam.

Ce n'est que vers le milieu des années 60 qu'il évolua vers la soul music. Bien lui en prit, puisque la mue, magistrale de classe et de talent, lui offrit ses plus grands succès. Au début des années 70, il fut d'ailleurs repéré, pour signer sur le label Hi Records, par le regretté Willie Mitchell, producteur émérite du légendaire Al Green.

La comparaison avec ce dernier s'impose d'ailleurs assez rapidement à l'écoute de ce double-album reprenant l'ensemble  de sa production pour Hi Records (3 albums + des singles). D'autant plus que le plus grand succès de Syl Johnson sera une adaptation du Take me to the river de ce même ... Al Green.

Vous aimez la musique noire américaine des années 60-70 et la soul en particulier ?

Je ne peux donc que vous conseiller ces enregistrements, magiques et classieux, à découvrir sans plus attendre sur Deezer ! 

En bonus, Is it because I'm black ?, probablement ma chanson préférée de ce grand monsieur, bien trop méconnu par chez nous.

Par Thierry - Publié dans : SOUL, FUNK, RHYTHM 'N' BLUES
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 17 juin 5 17 /06 /Juin 00:12

Continuons un peu notre exploration de la soul-funk rétro entamée il y a peu avec les excellents JC Brooks & The Uptown Sound.

Au programme d'aujourd'hui, The Transatlantics, collectif de 8 musiciens, tout droit venu d'Adélaide en Australie, dont le premier album éponyme, publié l'an dernier lui aussi, est une véritable réussite.

Entre instrumentaux et chansons éclairées par la voix  de Tara Lynch,  le groupe fait inévitablement penser à Sharon Jones & The Dap Kings. L'esprit humain est ainsi fait

Nos oreilles et nos pieds, eux, sont tout heureux de retrouver des influences telles que James Brown, Marva Whitney, Aretha Franklin, Al Green, ... De la musique qui (se) vit.

Pourquoi se priver d'un bonheur si facilement accessible ?

Bonne écoute !

Par Thierry - Publié dans : SOUL, FUNK, RHYTHM 'N' BLUES - Communauté : Jazz me If you Can
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés